Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 02:17

 

Je viens de terminer un livre de Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches.

J'ai pris un grand plaisir à lire ce livre simple mais vrai. C'est un peu l'histoire de nos familles au travers du XXème siècle.

Voici ce qu'en dit l'auteur :"Ce que nous sommes aujourd'hui, nous le devons au travail acharné, aux sacrifices, à l'obstination de nos aïeux, de nos parents qui ont lutté pour que leurs enfants, leurs petits-enfants, un jour, vivent mieux. Leurs vies sur une terre que souvent ils ne possédaient pas était rude, difficile : ils rêvaient des dimanches pour prendre un peu de repos, leur seule récompense avec le pain de chaque jour."

A l'heure de la mondialisation, du toujours plus vite, il me semble important de se rappeler d'où nous venons, par quelle histoire nous avons été pétris. En écrivant cela je suis en train de penser qu'il faudrait à mon tour parler à mes enfants de la vie de leurs arrières-grands parents et de ceux qui les ont précédés. Je sais qu'ils sont à l'aube de leur vie, qu'ils sont dans le présent, éventuellement un peu dans le futur mais quant est-il de leur passé si je ne suis pas le fil d'ariane qui leur permettra de le découvrir ?

Les fêtes de Noël vont arriver, moment où en général les familles se réunissent. N'est-il pas meilleur moment pour remonter le temps ? Je vais creuser cette idée.

En vous écrivant il me revient en mémoire des phrases entendues, lorsque j'étais enfant, mais auxquelles je n'avais pas prêté attention. Maman qui était de 1934, m'a dit un jour : "J'avais 5 ans, mon père est parti. Je n'ai pas bien compris le mot qu'il employait : Guerre. A 10 ans j'ai vu un homme arriver sur la route, je ne savais pas qui il était. C'était mon père qui était resté 5 ans prisonnier en Allemagne..."

Ou ma grand-mère maternelle qui me disait qu'à l'âge de 8 ans un matin où il faisait encore nuit sa mère l'avait accompagnée à travers bois pour l'emmener au château afin d'y être placée. Le chemin pour s'y rendre lui avait paru des kilomètres à cette époque sur ses frêles jambes d'une enfant de 8 ans. Mais ayant refait le même chemin vers la fin de sa vie, elle s'est rendue compte que la distance devait représenter tout au plus 300 m.

Il est important de transmettre tout ce vécu aux nouvelles générations, même si celui-ci n'est pas toujours reluisant ou fait de brics et de brocs, il est notre histoire.

Je vous invite donc à lire ce livre qui est paru en livre de poche.

Pour terminer je voudrais vous inviter à regarder cette vidéo et à bien écouter les paroles. Il y a des termes qui vous seront peut-être pas familiers, c'est normal le groupe Dégénération est Québequois. Je trouve cela donne une continuité au livre. Bonne écoute et peut-être bonne lecture.

 

 

 

 

 

 image

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sandrinette 18/03/2011 17:05



C'est un des rares Signol que je n'ai pas lu , mais j'aime beaucoup cet écrivain qui ressemble bien à la terre dont il est issu



Alhemax 18/03/2011 19:26



Oui j'aime aussi cet auteur. Bises



Présentation

  • : Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • : Après 14 ans sur l'archipel de St Pierre et Miquelon, je vous invite à découvrir la Bretagne au travers de mon regard, de mes coups de coeur et tout cela avec humour. Bienvenue
  • Contact

Arvag (La vague)

 

 

SPM Avril 06 - Langlade 002Fais que chaque heure de ta vie soit belle.

 Le moindre geste est un souvenir futur.

816bcwuj 

Recherche

Photos

Tambours du 16-02-11Realisation du 17-02-11

 

 11.02.11 SPM 00503.02.11 SPM2 016

Realisation du 07-02-11Realisation du 05-02-11

03.02.11 SPM3 00115.02.11 SPM2 005

Bateaux du 24-02-11Bateaux

Cabestan du 11-03-11Naya du 05-03-11

Végétation du 03-03-11Coucher