Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 00:00

Lundi matin, j'avais rendez-vous avec Thierry afin qu'il ferre Naya. Sur Saint-Pierre, nous n'avons pas proprement dit un maréchal ferrant. Bon nombre de propriétaires ferrent eux-mêmes leurs chevaux. Thierry a suivi des cours en métropole et s'y prend très bien avec les chevaux.

 

23.05.11-Ferrage-001.jpg

Une technique délicate : La première tâche du maréchal-ferrant consiste à enlever les anciens fers des sabots de l'animal. A l'aide de tricoises, sortes de tenailles à long manche, il descelle les clous et ôte les vieilles pièces d'acier. Pour éviter que la corne qui a poussé ne perturbe l'équilibre du cheval, l'excédent est coupé avec un boutoir et un " rogne-pied " : une lame adaptée, tapotée à l'aide d'une mailloche considérée comme le marteau typique du maréchal-ferrant (appelé également brochoir ou marteau à ferrer). Cette opération intitulée parage du sabot est l'action principale. Elle s'accompagne du nettoyage de la " fourchette ", ce coin de corne molle à la face inférieure du sabot, grâce à une rainette. Les bords des sabots peuvent ensuite être limés à la râpe. Le cheval ainsi soigné saurait tout à fait rester " pieds nus " si son cadre de vie (en plein champ ou terrain tendre) et la saison (l'hiver, à l'abri) le lui permettent.

 

 23.05.11-Ferrage-002.jpg

 

23.05.11-Ferrage-004.jpg

 

23.05.11-Ferrage-005.jpg

 

Le ferrage est l'acte second des soins apportés aux sabots. Aussi méticuleuse sans doute que le parage, la méthode emploie des fers chauffés dans une forge à gaz, rougis pour marquer la corne. La trace que laisse le fer chaud sur le sabot indique précisément l'adaptation qu'il est nécessaire d'apporter au fer pour aller parfaitement au pied. Pour autant, le chauffage n'est pas incontournable, le ferrage peut s'effectuer à froid. Mis en place, la pièce est brochée avec des clous incurvés à tête carrée, façonnés et plantés de sorte que leurs pointes s'extraient du sabot. Il s'agit de ne pas blesser le pied du cheval. Lorsque le clou sort, il est coupé et replié sur le haut du sabot. A chaque fois, il conclut son oeuvre de la même façon : une observation méticuleuse de la démarche de l'animal pour s'assurer que le travail est bien fait. Cela confirme ou non la pose correcte des fers. A St Pierre c'est la deuxième solution qui est prise.

 

23.05.11-Ferrage-006.jpg

 

23.05.11-Ferrage-007.jpg

 

Le maréchal-ferrant est un artisan dont le métier consiste à ferrer les pieds des chevaux et autres équidés et à s'occuper de leur parage. Le ferrage des bovins de trait est aujourd'hui rarement pratiqué. Il existe environ 1600 maréchaux-ferrants en France.

Métier vieux de plus de 3000 ans, le terme de maréchal provient de l'ancien français Marhskalk qui désignait un domestique qui soignait les chevaux. Le mot maréchal a ensuite pris deux sens différents : celui désignant l'artisan chargé de ferrer les chevaux et l'autre qui désigne l'officier préposé aux soins des chevaux. Le mot maréchal-ferrant a été ensuite créé pour distinguer ces deux métiers.

 

23.05.11-Ferrage-008.jpg

 

23.05.11-Ferrage-009.jpg

 

Pour être un bon maréchal ferrant,

Il faut connaître l'anatomie particulière du cheval, de ses membres et de ses pieds, les "défauts d'aplomb", ainsi que les différentes causes de boiteries et apprendre comment parer le pied, ou sabot.

Il faut apprendre à forger, car si les maréchaux ferrants ne forgent que rarement les fers qu'ils utilisent, il faut toujours "tourner", ou ajuster les fers à la forme des pieds du cheval. En orthopédie il est fréquent de devoir fabriquer des fers, que la pathologie exige et qui ne se trouvent pas forcément dans le commerce et/ou qui ne sont pas sous la main lorsque le maréchal en a besoin.

Il faut être patient et attentif afin de pouvoir manipuler les chevaux. Le maréchal ferrant est souvent connu pour sa capacité à se faire respecter des chevaux.

Avoir une bonne condition physique car le métier réclame une bonne résistance physique pour tenir les pieds et travailler pendant de longs moments en position genoux fléchis et dos courbé.

Et il faut aussi admettre que tous les chevaux ne sont pas forcément coopératifs, et que cela ajoute encore à la pénibilité du métier, réputé « physique ».

Enfin, il faut être disponible, car de même que les vétérinaires, les maréchaux ferrants sont parfois appelés pour des cas d'urgences, tels que des fourbures ou des abcès, qui requièrent des interventions rapides.

Ce métier exige des connaissances, une bonne habileté manuelle, de l'observation, de la réflexion et une grande disponibilité.

 

23.05.11-Ferrage-011.jpg

 

23.05.11-Ferrage-012.jpg

 

23.05.11-Ferrage-013.jpg

 

23.05.11-Ferrage-014.jpg

 

23.05.11-Ferrage-015.jpg

 

L'article est un peu long, mais j'ai voulu qu'il soit le plus complet possible.

 

23.05.11-Ferrage-010.jpg

C'est un métier qui ne m'aurait pas déplu !!! Mais il faut être jeune et costaud pour l'exercer !!!

 

 

2psk5lx

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamandouceur 27/05/2011 14:47



Bonjour agnés


mon grand-père et mon papa étaient maréchal-férrant , je les ai vue travaillés , c'est un métier ou il faut être fort et aimé les chevaux ,


j'ai écrit un article  sur mon blog les consernants( catégorie : le maréchal-férrant )


bises !!!



Alhemax 27/05/2011 15:36



Ok je vais aller voir. Bises



mima 27/05/2011 10:48



J'ai un peu observé un maréchal-ferrant à l'oeuvre, lors d'une foire dans un village des Monts d'Arrée, et je trouvais cela impressionnant . Métier difficile certainement, mais passionnant si l'on aime les chevaux !


A bientôt, Agnès


Bizzz 



Alhemax 27/05/2011 13:16



C'est comme tout il faut aimer. Bises



Claire-Cerise 27/05/2011 08:26



Quand, ado, je faisais des promenades à cheval dans le parc d'un manoir breton près de l'Aber Benoît... j'avais l'occasion de regarder le maréchal ferrant s'exécuter... et je n'aimais pas
trop ça ! L'odeur, les clous... bref, pas un très bon souvenir ! Bizh (je reçois de nouveau les avis de publication ! Jusqu'à quand ?? )



Alhemax 27/05/2011 13:19



J'ai découvert cela grâce à Naya. J'aime bien observer. Bises



françoise, La Vieille Marmotte 27/05/2011 06:59



Suis très occupée en ce moment, plus ou moins sur internet ! ...


Mais elle tête encore cette petite mère ?


Quand j'avais sept/huit ans, il y avait un maréchal ferrant à quelques pas de chez nous ! Quelle fascination : la forge, le gros soufflet, le feu, le ferrage des chevaux ... Je suis restée
souvent à regarder !!!


... et ton article est fort documenté ... Pour le mémoriser ? c'est une autre paire de manches ... j'y renonce !!!



Alhemax 27/05/2011 13:22



Elle va têter au moins jusqu'a 8 mois pour être en super forme !!! Bises



Sherry 27/05/2011 06:54



superbe reportage sur un métier en voie de disparition, très jolies photos aussi. bisous du jour



Alhemax 27/05/2011 13:22



Il y en aura toujours car les chevaux ont besoin de ferrage. Bises



Présentation

  • : Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • : Après 14 ans sur l'archipel de St Pierre et Miquelon, je vous invite à découvrir la Bretagne au travers de mon regard, de mes coups de coeur et tout cela avec humour. Bienvenue
  • Contact

Arvag (La vague)

 

 

SPM Avril 06 - Langlade 002Fais que chaque heure de ta vie soit belle.

 Le moindre geste est un souvenir futur.

816bcwuj 

Recherche

Photos

Tambours du 16-02-11Realisation du 17-02-11

 

 11.02.11 SPM 00503.02.11 SPM2 016

Realisation du 07-02-11Realisation du 05-02-11

03.02.11 SPM3 00115.02.11 SPM2 005

Bateaux du 24-02-11Bateaux

Cabestan du 11-03-11Naya du 05-03-11

Végétation du 03-03-11Coucher