Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 00:00

 

 

 

 

001

 

Pourquoi ?

 

Parce que, c'est nous quand nous rentrons du travail, c'est une clé qui ouvre sur l'intimité, se sont des retrouvailles avec la famille, c'est une bouteille qui remonte de la cave pour être partagée avec des amis, s'est un grenier où s'entasse des objets du passé, et qui renaissent un jour à la curiosité des enfants, se sont des portes qui claque comme des colères, c'est nous encore devant la télévision, c'est un lit, un bureau, une photographie sur le mur, le jardin qui ressuscite chaque printemps, c'est le temps qui passe...

C'est le domicile, et son inventaire serait sans fin. On y vit des moments glorieux et d'autres de détresse, des temps de partage et de solitude, des instants d'insouciance et d'autre de gravité, et des moments de vie et des moment de mort.

Confier l'entretien de son intérieur est délicat. Cela n'a rien à voir avec le fait de donner sa voiture à laver. L'intimité fait loi au domicile. Mais comme se mesure-t-elle ? Le domicile absorbe l'intimité selon des lois qui ne doivent rien à celle de l'architecture. Désirs, conceptions, joies et peines se projettent tels des particules invisibles sur les objets quotidiens. Et ce n'est parfois qu'en le quittant que le domicile restitue quelques fragments de cette mémoire, souvenirs de notre présence. Qui n'a jamais vu s'éloigner pour toujours la maison de son enfance sans ressentir confusément que se terminait alors un temps irréversible... tissé mystérieusement par le quotidien... la découverte des liens familiaux, les amitiés d'école, les premières amours... ? Était-ce vous alors qui quittiez le domicile ou bien lui qui, de ses fenêtres, vous regardait s'éloigner ?

La maison, objet inanimé, a donc bien un âme et n'est pas, comme a pu le dire un célèbre architecte, "une machine à habiter". Pourtant, n'est ce pas aussi le lien du machinal et du répétitif ? Le motif du papier peint de la chambre ne se métamorphose pas toujours, comme dans les rêveries d'enfance, en animal flamboyant, mi papillon mi rhinocéros ou prince charmant qui parcours le pays à la recherche de sa bien aimée...

Plus tard lorsque la quête de sa bien aimée (son bien aimé)... concrétisée, que les enfant commencent à grandir, le rhinocéros, papillon redeviennent motif sur le mur, se transforment parfois en tâche grisâtre (fuite d'eau), le prince charmant rentre un peu fatigué du travail, et la télévision donne des nouvelles d'un monde qui fait rarement rêver les enfants.

La maison devient alors un lieu de négociation, un espace ou l'intimité se sent parfois agressée, et qui exige son territoire inviolable, délimité par les pièces réelles ou imaginaires et symboliques, c'est aussi cela la maison.

L'équilibre peut y être fragile... Une photographie malencontreusement déplacée, un objet aimé qui se brise et c'est l'ordre intime qui se dérègle l'espace d'un instant.

Que s'est-il passé à ce moment là ? Qu'est-ce qui en nous a aussi été déplacé ? Et qu'elles sont alors les lois qui règlent la circulation entre ce monde extérieur qu'est notre maison et celui très intériorisé qu'est notre intimité ?

Plus qu'un toit et des murs, plus que des portes qui se ferment sur l'agressivité possible du dehors... la maison c'est un treillis d'odeurs et de bruits familiers, une qualité de lumière propre à chaque pièce. Toutes choses qui m'enrobaient douillettement me garantissaient la protection dont j'avais besoin.

La protection d'un dehors menaçant, la présence invisible du familier, la profusion et l'enchevêtrement des bruits et des odeurs des pièces tel des êtres humains à part entière, rayonnent d'une lumière qui leur est propre... La maison c'est nous, c'est vous.

C'est une création, le lien de nos projections, sans lesquelles rien ne se transmet, et rien se se reçoit.

 

Auteur Anonyme

 

IMGP0605.JPG

 

 

signature 1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mireille. 23/03/2012 17:15


Oui une maison c'est l'âme de la famille..Vivement cette été que tu retrouves ton petit coin.....Très beau texte..Bisous.

Alhemax 23/03/2012 21:51



Encore du temps avant de !!!!



Erato :0059: 17/03/2012 21:16


Un texte magnifique , j'aime beaucoup.Et quand on quitte définitivement une maison où l'on a été heureux , quel déchirement! Douce soirée, bises Agnès

Alhemax 17/03/2012 23:21



Oh oui, j'ai connu cela et se sont des moments pas très évidents. Biss



Sofie 17/03/2012 14:33


Coucou,


C'est ta maison en bretagne?


elle est superbe!


Moi ma maison elle est a Castellane, c'est la notre c'est nous qui l'avons dessiné!


Bisous agnès bonne après midi

Alhemax 17/03/2012 15:16



Oui c'est l'arrière de notre maison en bretagne. Sympa d'avoir dessiné les plans. Bisous



Claire-Cerise 17/03/2012 14:15


C'est sûr qu'une maison a une âme ! Elle reflète nos goûts et elle accompagne notre vie ! Elle est la compagne de ceux qui y habitent..à qui elle offre de quoi se reposer, se relaxer, se
ravitailler, se retrouver. Et c'est une chance d'en avoir une ! Bizh Agnès

Alhemax 17/03/2012 15:17



Oh oui c'est même vital enfin pour moi. Bises



jean marie 17/03/2012 11:34


jolies photos,bon samedi à toi,à trés bientôt amitié

Alhemax 17/03/2012 12:44



Merci à toi bonne journée



Présentation

  • : Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • : Après 14 ans sur l'archipel de St Pierre et Miquelon, je vous invite à découvrir la Bretagne au travers de mon regard, de mes coups de coeur et tout cela avec humour. Bienvenue
  • Contact

Arvag (La vague)

 

 

SPM Avril 06 - Langlade 002Fais que chaque heure de ta vie soit belle.

 Le moindre geste est un souvenir futur.

816bcwuj 

Recherche

Photos

Tambours du 16-02-11Realisation du 17-02-11

 

 11.02.11 SPM 00503.02.11 SPM2 016

Realisation du 07-02-11Realisation du 05-02-11

03.02.11 SPM3 00115.02.11 SPM2 005

Bateaux du 24-02-11Bateaux

Cabestan du 11-03-11Naya du 05-03-11

Végétation du 03-03-11Coucher