Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 00:27

Dans le cadre de la communauté de Canelle, la carte de France et ses paysages, nous allons faire un retour arrière, afin d'ouvrir ensemble une page de l'histoire de l'archipel.

3381732385 75120f2ecd b

Bootleggers de Saint-Pierre et Miquelon

 

En 1920, l’Amérique fait passer le Volstead Act : la Prohibition prend effet, l’Amérique est interdite d’alcool, les Américains sont contraints à l’abstinence. Dès lors, plus une goutte d’alcool n’est produite aux Etats-Unis. En principe…

 

Au pays de la bannière étoilée, « la période sèche » démarre. A Saint-Pierre, la « période faste » va bientôt battre son plein.

 

25 kilomètres seulement séparent les îles de Saint-Pierre et Miquelon de Terre-Neuve. A peine plus de 1 000 kilomètres séparent l’archipel des côtes américaines.

Saint-Pierre est une île de 26 km². En 1922, elle compte 5 000 habitants et vit modestement de pêche à la morue. A l’époque, la prohibition sévit aux Etats-Unis… pas à Saint-Pierre. En 1923, 350 000 caisses d’alcool transitent par l’île chaque mois. Soit 5 millions de bouteilles de champagne dans l’année. « Un million de caisses par an ! », écrivent les journaux américains. 2007_2_73.jpg

Les contrebandiers y amarrent leurs goélettes. Les pêcheurs se transforment en dockers et en transporteurs. Les bateaux sont équipés de moteurs d’avion, de machines à fumée et de systèmes de communications cryptées, histoire de semer les gardes côtes américains. Les pêcheries reconverties en entrepôts, les patrons deviennent courtiers… Les gangsters américains s’approvisionnent. Al Capone y fait une visite. Il passe une nuit à l’hôtel Robert. Bugs Moran, de la bande O’Banion, y a ses habitudes.

Saint-Pierre, la plus importante plaque tournante du trafic d’alcool pendant la prohibition…

L’Amérique voit rouge. La France fait la sourde oreille. L’île encaisse les dollars.

page3-1025-thumb.jpg

Mr Henir Morazé

 

En 1919, la France avait interdit à ses possessions d’importer de l’étranger du sucre, de la mélasse, du sirop ou encore de l’alcool, afin de protéger la production des Antilles et de la Guyane. Au vu des intérêts qui se dessinent, elle retourne sa veste et en avril 1922 décide de lever cette interdiction. Saint-Pierre a les mains libres.

Dès lors, l’île devient « l’île du champagne ».

Pendant dix ans, elle va servir de base aux contrebandiers et autres gangster américains.

« Saint-Pierre et Miquelon le paradis du Rhum » titrent les quotidiens américains.

rumrunnersJean-Pierre Andrieux, auteur d’un livre sur la prohibition à Saint-Pierre, connaît toutes les ficelles de ce business ultra lucratif qui a fait vivre les saint-pierrais pendant la prohibition. Comment les familles se sont enrichies, comment ont-elles transformé leurs entrepôts de poissons en caves à alcool, comment l’île toute entière se sont mis sur les rangs…

L’île vivait au rythme de l’alcool…

Aujourd’hui encore, l’île garde les traces de son passé. A l’époque, les bouteilles arrivent dans des caisses de bois, mais repartent le plus souvent dans des sacs de toile de jute afin d’étouffer le bruit à l’approche des côtes américaines. Les caisses vides servaient alors au chauffage, d’autres à la construction. Ainsi, la Villa Cutty Sark, entièrement construite de caisses bois dans lesquelles étaient livrées les bouteilles d’alcool.

prohibition.jpgPhilippe Paturel a fait d’étonnantes découvertes. Alors qu’il entreprenait des travaux de rénovation dans sa maison, il découvre… un baril de rhum ! Planqué dans sa cave depuis des décennies. Il met sur le champ son contenu en bouteille : « nous n’avons jamais bu un rhum si bon ». Lorsqu’il s’attaque au papier peint du grenier, il voit, halluciné, que la plupart des murs sont recouverts de lattes de bois provenant toutes de caisses d’alcool. Il est vrai que son grand-père était l’un des grands noms de l’import-export dans les années 1920…

 

2007 2 70Pierre Miadonnet, dont le grand-père et le grand oncle étaient de la partie, évoque la petite débrouille… Son grand-père guettait l’arrivée des goélettes gorgées d’alcool. De petite taille, il en profitait pour se faufiler par les hublots, gagner le pont et proposer le premier ses services : décharger les caisses, transférer les bouteilles des caisses aux toiles de jute…

 

 

 

 

3348705003_d19d625feb.jpgMadame Andrieux, propriétaire de l’hôtel

Robert, là ou Al Capone a séjourné, est assise et regarde la ville à la jumelle. Les images de Saint Pierre se transforment en image archives. Mme Robert a 85 ans, à l’époque était petite fille, elle se souvient…

 

L’île aux gangsters

 

bootlegger.jpgLe chapeau d’Al Capone est toujours exposé sur l’île. Le témoignage du passé, l’époque où les gangsters venaient s’approvisionner à Saint Pierre. Ils débarquent régulièrement à Saint Pierre, y envoient leurs émissaires, négocient les prix et font la fête. Partout ailleurs, ils sont craints, à Saint Pierre, ce sont les rois. Ils font chanter les tiroirs-caisses, distribuent des sous aux enfants et font tourner les bars toutes les nuits.

 

  

Bugs (le branque) appartient à la bande des O’Banion, du nom de son chef, Dion O’Banion. L’ennemi juré de Moran se nomme… Al Capone. Lui aussi aime s’approvisionner à Saint Pierre. Les deux hommes se haïssent : le « branque » est un fervent catholique qui se veut « moral ». Il méprise Capone qu’il qualifie dans la presse « d’individu de bas étage ». Moran donne dans l’alcool de qualité et l’organisation des jeux de dés. Capone, lui, est moins regardant quant à la qualité des produits et verse dans la prostitution.

Capone, originaire de Nex-York, verrouille l’accès des côtes américaines. Alors que ses vedettes arrivent directement aux Etats-Unis, celles de son concurrent, Bugs Moran, risquent à tout moment de se faire pirater ou taxer. Résultat, Moran est souvent contraint de passer par le Canada.

ar123441532579707Bugs continu pourtant de s’approvisionner à Saint-Pierre, car l’alcool, il en est sûr est de bonne qualité. Pas question pour autant de se faire avoir. A l’époque, personne ne le sait, mais il parle français. Gare aux Saint-Pierrais qui auraient été tentés de le rouler. Il comprend tout ! Sacré avantage lors des négociations. Les malins qui veulent lui vider les poches se ravisent vite. Méfiant, Bugs, oblige mêmes les concessionnaires d’alcool à ouvrir une bouteille choisie au hasard afin de vérifier la qualité de la marchandise. Même s’il fait confiance aux Saint-Pierrais, il prend garde à ne pas distribuer une seule goutte de Wood Alcohol, cette bibine qui fait alors des dizaines de morts aux Etats-Unis.

 

L’île française dans la ligne de mire des autorités américaines

 

Laurianne Detcheverry, archiviste au musée de l’Arche à Saint-Pierre, épluché le rapport d’un bout à l’autre, elle en connaît toute la signification. En 1930, sous la pression des autorités américaines, le ministère des colonies rédigent le rapport Gayet. La conclusion est éloquente : « Nous laissons faire ce commerce qui n’est une fraude qu’aux yeux des Américains, mais nous ne favorisons ce commerce ». Laisser faire tout en évitant un conflit diplomatique… l’Amérique n’est pas dupe.img_1943.jpg

Aux Etats-Unis, au début des années 1930, la gronde monte. De nombreux problèmes sont alors attribués au Volstead Act : montée en puissance du crime organisé, accroissement de la violence, morts suite à la consommation de liqueurs bon marché… En 1933, sous la pression du peuple américain, la prohibition prend fin. Avec la levée de l’interdiction, les Etats-Unis peuvent de nouveau produire et consommer de l’alcool. Saint Pierre sombre. Les entrepôts ferment, les bateaux quittent les lieux, les bars se vident… Jamais l’île ne retrouvera pareille prospérité. Elle reprend le chemin de la pêche.

Renseignements pris d’un reportage de Mr LP COUVELAIRE.

 

SPM_116-picasa.jpg

 

J'espère vous avoir fait découvrir une page de l'histoire qui a marqué en profondeur les habitants de l'archipel.

 

 

signature 1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Baptiste 22/03/2012 22:06


Bonsoir,


c'est une réction tardive à ce superbe article que je découvre juste, et j'aurais une question: je travaille sur Jean Monnet, et il apparait que entre 1925 et 1930 environ, il serait sur l'ile
pour vendre son cognac aux USA (sa famille commerce le cognac depuis lgtps, et lui se charge de faire prosperer l'affaire)


Auriez-vous des infos à ce sujet?


merci,; bonne soirée et bravo pour ce site

Alhemax 23/03/2012 01:11



Comme cela je ne sais pas, mais je vais aller à la pêche aux renseignements. Si j'en ai je vous transmets. Bonne journée



Scrapmomo 05/03/2011 11:00



Très belle visite historique !!!! Merci beaucoup ! Bon week end !



Alhemax 05/03/2011 12:25



Merci à toi de ta visite. Bises



Du Fil et des Filles 26/02/2011 14:38



Bonjour,



Je faisais quelques recherches sur St Pierre quand je suis tombée sur votre article qui m'a vivement intéressée, en effet mon arrière Grand-père, Monsieur Arnaud a travaillé dans cet hôtel à
cette époque là. Merci pour ce post très intéressant, on m'a dit qu'il y a aussi au musée un porte feuille en cuir qui avait été offert par Al Capone à ma Grande Tante. A bientôt !



Alhemax 26/02/2011 14:50



Oui dans le musée héritage. Merci de ta visite et à la prochaine. Bises



Denis Lahiton 19/02/2011 01:18



une tres belle histoire



Alhemax 19/02/2011 02:03



Merci, cette histoire à profondément marquée l'archipel. Merci de votre passage. A la prochaine



Joseph Guégan 15/02/2011 16:24



Ton article m'a beaucoup intérressé. J'ignorais tout de ce passé de Saint-Pierre.
Comme quoi le proverbe  le malheur des uns fait le bonheur des autres  c'est encore vérifié.



Alhemax 15/02/2011 17:29



Oui sans problème. Bizzzz



Présentation

  • : Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • : Après 14 ans sur l'archipel de St Pierre et Miquelon, je vous invite à découvrir la Bretagne au travers de mon regard, de mes coups de coeur et tout cela avec humour. Bienvenue
  • Contact

Arvag (La vague)

 

 

SPM Avril 06 - Langlade 002Fais que chaque heure de ta vie soit belle.

 Le moindre geste est un souvenir futur.

816bcwuj 

Recherche

Photos

Tambours du 16-02-11Realisation du 17-02-11

 

 11.02.11 SPM 00503.02.11 SPM2 016

Realisation du 07-02-11Realisation du 05-02-11

03.02.11 SPM3 00115.02.11 SPM2 005

Bateaux du 24-02-11Bateaux

Cabestan du 11-03-11Naya du 05-03-11

Végétation du 03-03-11Coucher