Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 00:00

 

Les Echos d'Alhemax 1

 

 

 

Le travail du poisson

 

Piquer : vider les poissons

Décoller : étêter la morue

Trancher : Transformer un poisson rond en poisson plat

Laver, énocter, affaler : la morue rejoint la cale

 

morue-20habill-E9e.gif« Piquer » est le terme utilisé à bord des terre-neuviers malouins, il renvoi au « piqueu » sur lequel est plantée la morue, qui ne doit pas être confondu avec le « piquois » qui a servi à jeter la morue du doris à bord, ni avec le couteau dit « piqueur » dont la pointe va entamer le ventre.

Les Fécampois lui préfèrent celui « d’ébreuiller », tiré des « breuilles », les tripes du poisson, tandis que l’expression générique est le verbe « ébréguer ».

Il s’agit de la 1ère phase du travail du poisson, de la 1ère étape dans « l’habillage » où l’ « abiennage » comme on appelait autrefois la préparation de la morue : elle consiste à la vider.

La morue, qui a été jetée par-dessus la lisse au retour des doris, est donc empilée sur le pont, entre le par et les bordés. Elle occupe l’espace baptisé « grande rue », entre le mât de misaine et l’avant de la dunette.

Les pêcheurs vont maintenant devoir s’attaquer à cette masse gluante, et chacun des équipages, de doris est tenu de vider autant de morue qu’l en a embarquées.

div002b1.jpgSitôt avalée une rapide collation au retour du relevage des lignes, le capitaine appelle « à la pique ! ».

Une partie des piqueurs s’installe devant la lisse, face à la mer, tandis que l’autre partie fait face au parc.

Ils laissent entre eux une place suffisante pour travailler sans se gêner, et pour pouvoir jeter le poisson dans le parc après le piquage. Face à chacun d’entre eux, le piqueu est planté dans la lisse ou l’étal : il s’agit d’une tige de fer d’une vingtaine de centimètres, effilée aux 2 bouts, et percée d’un trou au milieu.

L’officiant est armé d’un couteau : c’est un couteau classique, dont la lame est plane, droite et très effilée, sans garde, à virole, et équipé d’un manche de bois rond.

Le piqueur saisit, de sa main gauche gantée, la tête de la morue. Son pouce engagé dans l’œil, et ses doigts sous la gorge renversent la tête du poisson, qui est ainsi enfilée au piqueu. Sa main droite donne alors les quelques coups de couteau nécessaire à l’opération. Le 1er est appliqué en travers de la gorge, les 2è et 3è remontent de chaque côté pour former un triangle et dégager le « chignon », cette pointe de chair qui se trouve derrière la tête. Le coup de couteau suivant consiste à ébréguer proprement parler : la pointe du couteau est introduite dans le nombril du poisson, et un mouvement de bas en haut permet de fendre la peau du ventre pour libérer les viscères.

navirf1.jpgQuand le piqueur a fini de vider son nombre de morues, ce qui demande généralement une bonne heure ou 1 h 30, il compte parfois les langues pour vérifier qu’il a bien piqué son quota, il récupère son piqueu qu’il range avec son couteau piqueur. Ranger le piqueu est une mesure élémentaire de sécurité.

Vers midi, que les morues soient piquées en totalité ou en partie seulement, le capitaine envoie « tout le monde à boëtter ». L’urgence est toujours de préparer les lignes pour attraper de nouvelles morues ; celles qui sont déjà sur le pont peuvent bien attendre un peu avant qu’on finisse de les préparer.

 

Charles Hedrich, le touche-à-tout de l’aventure


Après l’ascension de l’Everest, un record océanique à la rame, le premier tour du monde à la voile par les deux pôles, Charles Hedrich s’attaque à la traversée aller-retour non-stop de l’Atlantique à la rame.

661231 19584099 460x306Charles Hedrich va faire l'aller-retour non-stop de l'Atlantique à la rame en solo. 11 000 kilomètres, cinq à sept mois de mer sans escale et sans ravitaillement. Le parcours : Amérique du Nord, Europe, Canaries et Antilles. Une première mondiale, personne à ce jour, en solo ou en équipage, n'ayant tenté une telle aventure.

Voici la nouvelle expédition que Charles Hedrich débutera en juin. Il entamera sa traversée de l'Atlantique Nord d'ouest en est, au départ de Saint-Pierre-et-Miquelon, archipel français sur les côtes de l'Amérique du Nord, pour une descente jusqu'aux îles Canaries en longeant les côtes françaises, espagnoles, portugaises et africaines, pour se lancer sans escale et sans ravitaillement dans une nouvelle traversée d'est en ouest pour une arrivée aux Antilles, prévue pour décembre prochain.

Préparation à Marans

Une telle préparation se renouvelle aujourd'hui, avec un nouveau rameur plus long (7 mètres), avec une cabine de 1 mètre carré et se retourne automatiquement en cas de chavirement. 180 kilos de nourriture (850 g par jour) seront embarqués pour l'aventure, un stock élaboré par un nutritionniste pour éviter les carences.

Côté préparation, Charles Hedrich s'échauffe au ski et à vélo, et bientôt reprendra la rame. Il affiche un moral d'acier et une volonté de retrouver la mer et la solitude.

charles-hedrich.jpgDe passage à Marans, lundi dernier, Charles Hedrich a essayé son rameur dans le port de Marans sous le regard des curieux. L'embarcation quittera Les 3 Cap, le 20 mai prochain, pour rejoindre son point de départ.

À 59 ans, cet ancien chef d'entreprise enregistre, depuis 2003, un joli palmarès d'aventures : record de la traversée de la Manche sur 60 pieds en équipage, tour du monde à la voile en solitaire sans escale, ascension de l'Everest par la voie tibétaine, expédition de 550 kilomètres en Antarctique en solo et en totale autonomie, première traversée Pôle Nord - Groenland en autonomie et sans ravitaillement, premier passage du Nord-Ouest à la voile en solo avec montée sur Resolute Bay, premier tour du monde par les deux pôles, expéditions en Afghanistan, etc.

 

Un prix littéraire sur l'Archipel

 

touriste-98x150.jpgComme chaque année depuis 2009, le Député a invité les membres du jury du prix littéraire de l’Archipel « Récits d’ailleurs » du Lycée Emile LETOURNEL, leur professeur encadrant et le lauréat du prix.

Pour cette quatrième édition, les lycéens auront choisi le roman de Julien BLANC-GRAS, « Touriste ».

L’auteur, qui se définit comme « touriste professionnel », y narre ses escapades souvent rocambolesques aux quatre coins du monde, parfois agréables, parfois risquées, mais toujours avec humour et légèreté.

ev_591877001336566297.jpgC’est à chaque fois un vrai plaisir pour Annick GIRARDIN de rencontrer les auteurs qui ont retenu l’attention des lycéens, de discuter de leur expérience d’écriture, de leur perception de l’Archipel après ce court séjour et d’échanger avec les jeunes sur les raisons qui ont motivé leur choix, mais aussi sur un tas d’autres sujets qui les préoccupe.

Nous avons pu rencontrer l'auteur pour des dédicaces à la bibliothèque. Remarquez comme l'escalier de notre biliothèque est original.

 

Une rencontre, une histoire

 

Quarantaine-04-006_1.jpgIl y a 8 ans notre fille s’envolait vers la métropole pour ses études. Les enfants s’en vont les animaux restent. Je me suis retrouvée donc à m’occuper de sa jument Naya. J’ai retrouvé des photos de l’époque. Naya arrivait des buttereaux, c'est-à-dire de Langlade où elle avait passé tout l’été en liberté. La bétaillère m’attendait sur le quai de St Pierre et direction l’écurie. Il ne fut pas facile de la sortir car elle ne voulait pas et comme moi j’étais morte de peur, les choses ne furent pas facile. Voici donc mes 1ers moments avec elle. J’avais tant à apprendre, et je ne savais vraiment pas où cette aventure allait me mener. Je peux vous assurer que je n’en menais pas large et que je sentais les battements de mon cœur. La peur est restée longtemps, mais Naya a su m’apprivoiser. Elle m’aura appris beaucoup de choses, et je continue à apprendre. Il y a vraiment une relation qui s’est établie. Je suis très fière d’avoir pu relever ce défi et j’ai aucun regret d’avoir eu à m’en occuper.

 

Quarantaine-04-007_1.jpg

 

 

 

Ag

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joseph Guégan 17/05/2012 19:45


Merci pour ces echos de ton archipel !

Alhemax 17/05/2012 22:35



Tout le plaisir est pour moi



sofie 15/05/2012 15:03


Coucou,


Une lecture très sympathique!


bisous agnès

Alhemax 15/05/2012 15:15



Merci à toi ma grenouille. Bises



erato:0059: 14/05/2012 18:40


Un billet magnifique et très intéressant , j'aime beaucoup. Les marches de la bibliothèque sont originales. Souvent , les animaux nous apprennent comment faire. L'amour et le respect sont à la
base de la communication.Bonne soirée, bises Agnès

Alhemax 14/05/2012 22:40



Merci beaucoup, j'apprends aussi et je prends plaisir à faire ces échos. Bises



Mapoulette ! 14/05/2012 09:24


des échos bien sympas, ce livre est tentant par l'évasion qu'il doit procurer, par contre le récit des "piqueurs" au p'ti déj..........berck ^^


comme je te comprends pour Naya, j'ai toujours eu peur des chevaux et si je devais m'en occuper.......à gla gla ! pas courageuse pour le coup la Mapoulette !


beau lundi, bises !

Alhemax 14/05/2012 12:31



C'est pour moi une expérience vraiment très enrichissante que de m'occuper de Naya. Bises



Claire-Cerise 14/05/2012 08:58


Eh bien ! Quel "Echos" !! Bon lundi Agnès et bizhous... j'ai plein de retard dans mes coms après ce w-end alors j'y cours !

Alhemax 14/05/2012 12:31



Arrête de courir ma belle, prend le temps de vivre. Bises



Présentation

  • : Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • Le blog de alhemax-au-gre-du-vent.over-blog.com
  • : Après 14 ans sur l'archipel de St Pierre et Miquelon, je vous invite à découvrir la Bretagne au travers de mon regard, de mes coups de coeur et tout cela avec humour. Bienvenue
  • Contact

Arvag (La vague)

 

 

SPM Avril 06 - Langlade 002Fais que chaque heure de ta vie soit belle.

 Le moindre geste est un souvenir futur.

816bcwuj 

Recherche

Photos

Tambours du 16-02-11Realisation du 17-02-11

 

 11.02.11 SPM 00503.02.11 SPM2 016

Realisation du 07-02-11Realisation du 05-02-11

03.02.11 SPM3 00115.02.11 SPM2 005

Bateaux du 24-02-11Bateaux

Cabestan du 11-03-11Naya du 05-03-11

Végétation du 03-03-11Coucher